Avertir le modérateur

11/06/2010

Médecins du Monde fête ses 30 ans

Voila déjà 30 ans que l’ONG Médecins du Monde (MDM) se déplace à travers le monde pour venir en aide aux populations les plus vulnérables. En 1980, cette association nait de la volonté d’un homme encore peu connu, Bernard Kouchner, qui estimait que les French doctors se devaient de dénoncer les entraves aux droits de l’homme dans les zones de conflits.
Généralement, 30 ans ca se fête !. Mais dans un contexte de crise économique et sociale, MdM a fait le choix de parler du présent et du futur, plus que du passé, de revenir sur les enjeux liés aux crises actuelles :
Haiti : prise en charge des soins de santé primaires et un soutien psychosocial dans 8 quartiers de la capitale, au Sahel : lancement de deux programmes de lutte contre la malnutrition, au Niger : un programme de prévention et de prise en charge des enfants de moins de 5 ans, au Tchad, un projet visant à renforcer l’accès aux soins de santé de base, et puis en France, MdM s’inquiète de l’entrave faite par les pouvoirs publics à l’action humanitaire d’urgence et aux soins à apporter aux personnes rroms ou migrantes. ..

Bref, MDM a besoin de moyens, de materiels, de personnels. C’est pour cela qu’une campagne va être lancée afin de sensibiliser entre autres les 25/35 ans qui ont envie d’œuvrer pour MDM. Dans leur web documentaire vous verrez également des jeunes parlant de leur rôle dans l’association. Vous apprendrez qu’on n’est pas obligatoirement médecin ou français pour intégrer MDM.
Retrouvez tous les éléments sur leur site www.medecinsdumonde.org . Vous pouvez les aider en faisant un don. Votre geste aura un impact réel. Alors n’attendez pas, MDM a besoin de vous! www.medecinsdumonde.org

  
 

 

 


Article sponsorisé

20:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

15/09/2008

la France et son armée

Cela fera bientot 1 mois que 10 soldats francais, jeunes soldats, ont été tuées en Afghanistan. Evidemment la France a été choquée par ce drame. Et surtout les francais se sont rendus compte, politiciens en tete, que nous avions une armée et que nos soldats se battaient. Ils faisaient la guerre ! Oubliées deja les images du Liban, du kosovo, de l'Afrique d'il y a 10-20ans ?. Nous ne faisons pas que du maintient de la Paix. Nous faisons aussi la Guerre. Et une guerre n'est jamais propre. Par ailleurs, tous les militaires, en s'engageant, recherchent l'action, l'adrenaline parfois, mais surtout une noble cause : servir leur pays. Et souvent le prix à payer est elevé. On peut discuter longtemps de la raison, du pays à "occuper". Mais le role d'un militaire n'est pas d'etre assis derriere un bureau ou de laver des voitures. Sur le terrain, les choses ne sont pas simples, surtout lorsqu'on combat des fantomes, des ennemis invisibles sur-entrainés. Etaient ils trop jeunes ? pas assez entrainés ? peut être, je n'ai pas la reponse. Avaient ils des valeurs ? une certaine idée de la France ? Pensaient ils aussi à protéger les francais par leurs actions ? Certainement. Et c'est tout à leur honneur !

20/08/2008

La guerre cachée de l'energie

voici un autre aspect de l'affrontement Russie-Georgie. Une guerre du petrole sous couvert d'independance de l'Homme ...... Un texte de Nicolas Duguay

 

Les voies énergétiques transcaucasiennes 

Après quelques jours de combats dans le Caucase, les prix du baril de pétrole brut sont repartis à la hausse, mardi, sur le marché new-yorkais, avant de se replier en fin de journée.

Mardi matin, l'annonce d'une attaque des forces aériennes russes sur l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) n'avait pas provoqué de réaction sur les prix du pétrole. Dans les échanges électroniques, le baril touchait 110 $US à New York, soit le prix le plus bas depuis la fin du mois d'avril.

« Les Russes ont bombardé l'oléoduc BTC au sud de la ville de Roustavi », a déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité de Géorgie, Alexandre Lomaïa, tout en ignorant si la structure avait été endommagée.

Des accusations rejetées par le commandement russe. Quant à la pétrolière BP, qui exploite l'oléoduc, elle affirme qu'elle n'a pas été informée d'une quelconque attaque contre l'oléoduc.

Mais peu de temps après, le groupe pétrolier BP a annoncé la fermeture par précaution d'un oléoduc et d'un gazoduc dans le Caucase en raison du conflit armé entre la Géorgie et la Russie.

Après un bref sursaut, le baril de brut a finalement perdu 1,44 $US pour terminer la journée à 113,01 $US à New York.

Un conflit qui carbure au pétrole

« Notre région n'est plus une impasse, elle gagne en importance et surtout, en indépendance », estimait, en 2006, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili au moment de l'inauguration de la fin des travaux sur le tronçon géorgien du gigantesque pipeline Bakou-Tbilissi-Ceyhan. Deux ans plus tard, cette déclaration doit avoir un arrière-goût bien amer pour le président Saakachvili qui voit maintenant les blindés russes menacer sa capitale. Il soutenait, à propos de ce même pipeline, qu' « il s'agit de bien plus que de gaz et de pétrole ».

Le conflit qui déchire actuellement le sud du Caucase illustre en effet à quel point les grandes puissances peuvent s'entredéchirer pour sécuriser leurs approvisionnements énergétiques.

Pour bien des analystes, l'invasion russe de la Géorgie, officiellement initiée pour venir en aide aux quelques dizaines de milliers d'habitants de deux petites régions séparatistes, n'est ni plus ni moins qu'une tentative par Moscou de préserver sa chasse gardée énergétique.

La Géorgie, un petit pays coincé entre la mer Caspienne et la mer Noire, entre l'Asie centrale et l'Europe, s'est imposée comme une route de premier choix pour permettre à l'Europe de l'Ouest de se dégager de la domination énergétique russe. Ainsi, un oléoduc comme le Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) permet d'évacuer le pétrole de la mer Caspienne depuis la ville de Bakou, en passant par Tbilissi, jusqu'au port turc de Ceyhan, sur la Méditerranée, le tout en évitant de passer par la Russie.

Il est prévu que lorsqu'il sera effectif à 100 %, vers 2009, l'oléoduc BTC fournira aux marchés mondiaux plus de 1,2 million de barils de pétrole par jour, soit, à lui seul, environ 1 % de la production quotidienne mondiale.

Plus grave encore qu'une perte subséquente de revenus pétroliers pour Moscou, l'entrée en fonction du BTC représente une sérieuse brèche dans le contrôle exclusif qu'exerçait jusque-là la Russie sur le pétrole et le gaz de la Caspienne.

Conscient de cette menace, la Russie a dès lors oeuvré à l'affaiblissement du gouvernement géorgien en appuyant les mouvements autonomistes ossètes et abkhazes. Officiellement, les forces russes mènent une mission de maintien de la paix dans la région. Et pendant ce temps, les États-Unis, soucieux de contrer les velléités monopolistiques russes, ont entrepris de faire de la Géorgie leur principale antenne dans le Caucase, fournissant Tbilissi en armes et en argent et l'invitant même à se joindre à l'OTAN.

Des analystes ont même accusé Washington d'avoir surestimé les réserves de la mer Caspienne pour justifier un pipeline, le BTC, assurément plus rentable « politiquement » qu'économiquement.

L'Union européenne devra donc, si la Russie réussit à imposer son influence sur Tbilissi, revoir sa stratégie pour se dégager de la domination énergétique russe.

Source : Radio-Canada.ca avec Agence France Presse, Associated Press, Reuters, Le Point, Le Monde et RFI

06/06/2008

N'oubliez jamais

Nous sommes le 6 juin 2008. ll y a plusieurs dizaines d'années, des milliers d'hommes debarquaient au petit matin sur les plages normandes pour liberer un pays qui pour la plupart n'était pas le leur.

Qui aura une pensée aujourd'hui pour ce celebre jour ? 1944 cela semble si loin mais tellement proche à la fois. Guerres idéologiques ou de territoires, pendant des siecles les pays se préparaient pour le combat. Cette idée de guerre, qui a hantée nos grands-parents est desormais le fardeau d'autres pays. L'Europe s'est construite sur des cendres. De ce chaos, des hommes eclairés ont decidé de batir une paix durable. Les differences de l'autre sont acceptées, reconnues et appreciées. Nous vivons dans la paix et c'est pour cela qu'il ne faut pas non plus oublier les bienfaits de cette Europe si souvent decriée.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu