Avertir le modérateur

26/10/2013

Frontaliers, la fin du droit d'option !

La mesure est passée sans discussion, concertation, conscience. Les frontaliers auront l'obligation de cotiser à la CMU en 2014 sans avoir veritablement été écoutés par le Gouvernement. Ce dernier devra en assumer les responsabilités car elles sont véritablement de taille : économiques, sociales, médicales et bien sur ... électorales pour le PS. Tant pis pour eux. Malheureusement, on se rend compte d'une reelle incompétence de ce gouvernement ou cette mesure va couter plus qu'elle ne va finalement rapporter. Ce n'est pas grave, le gouvernement augmentera une nouvelle fois la cotisation ou creera une nouvelle taxe ! Lamentable qu'en 2013 la politique soit encore de si bas niveau.

22:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

27/09/2013

Frontaliers, par ici la monnaie !

Le gouvernement a encore frappé ! cette fois en toute discretion. Aucune info ne passe sur les médias. Les frontaliers vont devoir payer, encore un peu plus me direz vous ! le projet est d'empecher les frontaliers de choisir une assurance maladie privée. Chose est faite ! A partir de 2014, ils devront cotiser à la CMU, cotisation qui s'élevera à 8% de leur revenu fiscal (et ce n'est qu'un debut !). Comme la CMU ne rembourse quasiment rien, il faudra ajouter une cotisation pour une complémentaire. La messe est dite.
Le gouvernement n'a pas tenu compte des avis des groupements venu leur expliquer que cela etait une erreur. Je vous passerai la plupart des détails, mais au final tout cela coutera plus cher à l'Etat (donc vous) que cela ne lui rapportera ces quelques millions d'euros espérés. Une nouvelle taxe, un nouvel impot, non discuté, non voté au parlement.
Le cout de la cotisation pour le frontalier sera 4 à 5 fois plus élevé que ce qu'il paie actuellement !! il devra faire des choix sur ces dépenses à venir. une baisse du pouvoir d'achat qui ne dit pas encore son nom. il devra consulter les praticiens en France, eux qui sont deja débordés en temps normal... la Secu devra rembourser une nouvelle population, donc dépenses supplémentaires pour le fameux trou abyssal...
Le frontalier paie des impots conséquents en Suisse. Celle ci rembourse le surplus au Conseil General qui ne fait pas trop de publicité sur cette "manne" plus que bienvenue (plusieurs centaines de millions d'euros tout de meme). Par ailleurs le CG retire lui aussi chaque année un peu plus sa participation dans les abonnements autoroutiers. Donc tout va bien. On continu dans l'hypocrisie la plus totale.
Bref, faudra t'il bientot payer pour travailler ou faut il envisager soit de s'installer en Suisse par exemple ou de revenir travailler en France (avec le risque de faire augmenter le nombre de chomeurs par la meme occasion).
On parle de solidarité, d'égalité pour justifier l'arret du droit d'option du frontalier.
Au fait, sénateurs et Députés ont refusé de baisser leurs salaires et primes diverses.... par principe de solidarité ou d'égalité envers les francais ?

Devant cette hypocrisie politique, je suis écoeuré. Ma conviction est réellement de ne plus aller voter. Pourquoi ? si je vote, c'est pour que le politique defende mes interets. Pas les siens !
Dans ce cas du frontalier, on paie pour les erreurs, le manque de courage et d'idées politiques de toutes ces 30-40 dernieres années.
La maison brule disait Chirac. On la regarde bruler ... mais de l'interieur !!

27/09/2012

Assurance frontalier

"Assurance maladie des frontaliers

SCANDALEUX !
J’ai appris, par la presse, que le Gouvernement entend supprimer le libre de choix de l’assurance maladie en France pour les travailleurs frontaliers. En clair, les frontaliers assurés aujourd’hui auprès d’une assurance privée devront basculer à la Sécurité sociale (CMU).
Avant de parler du fond, c’est surtout la forme qui me scandalise. Dès le résultat de l’élection présidentielle, les représentants des travailleurs frontaliers ont demandé des rendez-vous avec les ministères concernés. Rappelons que, nous avions obtenu en 2002 la poursuite de l’assurance maladie jusqu’en 2009, et en 2007 un report jusqu’au 31 mai 2014.

Malgré les promesses du Président François Hollande d’ouvrir un dialogue social avant toute décision, ce Gouvernement n’a JAMAIS accepté de nous recevoir. Malgré l’insistance des élus locaux, conscients des difficultés qu’engendre cette décision les portes des ministères sont restées closes.

AUCUNE DISCUSSION, AUCUNE NEGOCIATION, AUCUNE OUVERTURE !!

Clairement, le Gouvernement veut passer en force sur ce dossier et n’hésite pas à utiliser tous les moyens de pression. Il nous parle de 400 ou 500 millions de recettes supplémentaires sans jamais évoquer les dépenses.

Si le 1er janvier prochain tous les frontaliers basculent à la CMU sait-on :
Ce qu’il adviendra des personnes qui suivent des traitements, parfois très lourds en Suisse ?
Ce qu’il adviendra des foyers qui ne pourront assumer la surcharge financière de cette nouvelle couverture, faut-il qu’ils aillent s’inscrire au chômage ?
Si les CPAM sont prêtes à accueillir du jour au lendemain des dizaines de milliers d’assurés supplémentaires ?
Si les hôpitaux, les cabinets médicaux et les spécialistes sont suffisamment nombreux pour assurer l’accueil et le traitement de ces nouveaux bénéficiaires ?

Les travailleurs frontaliers ont toujours respecté le droit. Les accords prévoient une évolution de l’assurance maladie au 31 mai 2014, nous demandons que ce délai soit respecté afin de pouvoir ouvrir un vrai dialogue constructif dans l’intérêt des travailleurs frontaliers, de leur famille et des régions concernées.
Monsieur le Ministre, je vous demande de surseoir à cette décision brutale et de recevoir mon association, le Groupement transfrontalier européen, au plus vite afin d’engager un véritable dialogue, tel que vous nous l’aviez promis lors de la campagne présidentielle."

21:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

23/09/2012

Une nouvelle taxe pour les frontaliers

Les caisses de la France sont vides. Les politiques s'en sont rendus compte étonnement qu'à partide 2008, crise oblige. Apparemment celles des travailleurs frontaliers sont bien remplies. Les Echos ont annoncé la fin du choix des assurances santé à partir de 2013, ceci sans concertation aucune. C'est à dire que les frontaliers devront s'aligner sur la sécurité sociale et donc payer une "taxe" qui va passer de 8 à 13% de leurs revenus de référence. C'est tellement facile de taxer et taxer encore plutot que de trouver des solutions nouvelles. Le pouvoir d'achat va s'en trouver écorner. Il ne faut pas croire que tous les frontaliers roulent sur l'or. Il faudra refaire les comptes fin 2013 pour savoir s'il est encore vraiment utile de venir travailler en suisse ou luxembourg par exemple. Sachant que ces 2 pays ont un impact plus que bénéfique sur le marché du travail francais, imaginez un retour de milliers de travailleurs frontaliers en France ? Ah oui c'est vrai il n'y a deja plus d'emplois disponibles chez nous ..... Merci aux intelligents du gouvernement de reflechir à 2 fois sur des decisions "simplistes" lourdes de conséquences.

On cherche des recettes pour combler le puits sans fond de la securité sociale, mais si tous les frontaliers vont se faire rembourser par le systeme francais non privé, on ne fait plus d'economie mais des dépenses !
Les frontaliers qui suivent des traitements vont ils être remboursés par la Sécu ? Est-ce que les médecins, ophtalmo, dentistes .... des zones frontalieres pourront absorber 130 000 "nouveaux clients" ?
Les assurances privées vont-elles compenser ce manque à gagner ? Devront ils licencier des collaborateurs voire pire mettre la clé sous la porte ?
Trop de questions se posent encore. Le gouvernement ne repond pas, ne parle pas. Il veut passer en force. Tous ceci n'est pas vraiment professionnel je trouve.
Pour les economies, chassez les gaspillages et les gaspilleurs, améliorer les organisations, basez vous sur les techniques du privé s'il le faut, les gains sont à portée de main ... et sans créer de taxes ou d'impot !

22:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

24/04/2012

1, 2, 3 .... débats !

C'est le sujet du moment. Le ou les débats !! Sarko qui se fent d'être une victime du premier tour ne souhaite plus que cela et raille son adversaire de ne pas vouloir le suivre. Certes Sarko excelle dans ce domaine, mais cela ressemble plus à de la provocation, à une volonté d'écraser un adversaire en direct à la télévision plutot que d'une réelle envie de débattre de sujets qui, surtout en cette période de crise, interesseraient les francais. Le ton, je trouve, est arrogant et ne me plait pas. Cette arrogance déplait à beaucoup de francais... Il a eu 5 ans pour proposer des idées (et si possible bonnes) mais on ne gere pas un pays sous le coup de l'émotion et sans être -un peu- visionnaire sur l'avenir du pays. On n'est pas au pays des bisounours c'est sur, mais pourquoi il va et voudrait nous sortir des idées lumineuses maintenant ? Pourquoi ne pas les avoir utiliser avant ?. Ah oui c'est vrai, il y a des élections à gagner !!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu